le Val de saire par Ph L
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisEnvoyer à un ami
 

Ma Normandie

 
Vign_Basse-et-Haute-Normandie-population-2018-100

L'INSEE vient de publier les nombres relatifs à la population des communes, départements; régions ....

Il s'agit des populations municipales millésimées 2015 et qui entrent en vigueur au 1er janvier 2018.

Normandie : 3 330 131

 

 
Vign_Basse-et-Haute-Normandie-population-100

L'INSEE vient de publier les nombres relatifs à la population des communes, départements; régions ....

Il s'agit des populations municipales millésimées 2013 et qui entrent en vigueur au 1er janvier 2016.

Normandie : 3 328 364

anciennement

Basse-Normandie 1 478 712

Haute-Normandie 1 849 652

 

La côte des Vikings

 

Sur les 37 kilomètres de littoral étudié (rivage, petit large et bande côtière d'un kilomètre de profondeur) ont été relevés 78 toponymes d'origine totalement ou partiellement scandinave, soit deux unités au kilomètre  linéaire. Dans les noms composés, le plus souvent les deux ou trois éléments ont cette origine; si bien que l'on arrive à plus de cent attestationsde termes scandinaves représentant une cinquantaine de noms différents. sur ces mots six seulement sont des antroponymes; les autres sont des substantifs ou des adjectifs, dont 75% apartiennent directement ou indirectement au vocabulaire de la navigation.

Il n'y a pas sur toutes les côtes de France, un seul rivage qui présente une telle densité de noms de lieux d'origine scandinave. De plus, on vient de le constater, une forte majorité de ces termes concerne la navigation. Une pareille conservation de mots étrangers importés au Xème siècle ne peut s'appliquer que par le fait que les Vikings, non seulement ont utilisé les rivages du Val de Saire pour pénétrer à l'intérieur des terres , mais encore qu'ils y ont mené une activité maritime pendant un temps difficile à préciser, mais relativement long. ainsi les mots spécifiques que nous avons relevés, dans les noms des lieux sont-ils entrés dans le langage courant des populations indigènes romanes qui les ont intégrés et conservés bien au-delà de l'époque où la langue scandinave était utilisée. Aussi peut-on dire que, dans l'ensemble toponymique normand, les rivages du Val de Saire forment bien par excellence la "côte des Vikings" 

 
Vign_CdV-carte-010

Conclusion d'un article du professeur René Lepelley dans les ANNALES DE NORMANDIE, 43ème année, N°1 Mars 1993

 

Un exemple sur la commune de Réville

 

Le ou la Mora

Vign_1066-010
 

la Charte aux Normands

Pendant plus de 400 ans (1315-1789) la Charte aux Normands constitue la spécificité de la Normandie.
Vign_2015-05-23-Charte-010

Louis X, roi, reçoit les griefs et grande plainte de l'archevêque, des six évêques, barons, et chevaliers .... 

Principales dispositions

"le Roy s'engage à respecter les privilèges de l'ancien duché en Normandie et à y assurer une bonne administration"

La monnaie,
L'impôt,
La justice

quelques dates

19 mars 1315

1ère "Charte aux Normands ", 14 articles, en latin

2 ème "Charte aux Normands", 24 articles, en français

Juillet 1315 

3ème  "charte aux Normands", en latin

1339

Seconde charte aux Normands

2/06/1458

Charte aux Normands
les Normands ne paieront pas d'autres impôts que ceux qu'ils auront consentis

1/12/1465

Louis XI fait la promesse "de garder, maintenir, les droits lois et coutumes de normandie et la Charte"

9/11/1469

L'anneau ducal est brisé. La Normandie terre royale définitivement

1583

Rédaction de la coutume réformée et la Charte est (enfin) insérée à la fin

1585

Dernière confirmation royale de la Charte aux Normands.

Nuit du 4 août 1789

Abolition des privilèges et donc de la charte aux Normands

 

Vign_charte-011

Charte aux Normands
Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre ; à tous nos féaux, nos justiciers : Salut et paix. Nous avons reçu la grieve et grande plainte des Prélats, personnes d’Eglise, des Barons, des Chevaliers, et menu peuple, du duché de Normandie, contenant que depuis le temps du Bienheureux Louis, notre bisaïeul, beaucoup de griefs et de nouveautés leur avaient été faits et causés, savoir : tailles, subventions, et diverses impositions contre la coutume du pays et contre les droits et franchises d’icelui ; desquelles choses grands scandales menaçoient ; et tant à eux qu’à leurs successeurs, causoient dommages infinis : pourquoi ils nous ont supplié de vouloir bien apporter remède aux susdits griefs, qu’ils nous ont exposés sérieusement, étant, envers eux et nos autres sujets, ébiteurs de la justice. Voulant et non sans raison, avoir égard à leur  equête, après en avoir délibéré solennellement avec notre.conte :1, nous avons cru devoir statuer et ordonner ce qui suit :


 
Vign_Charte-1_3-010
 
Vign_Charte-4_5-010
 
Vign_Charte-8_9-010
fe
 
Vign_Charte-15_16-010
 

le droit coutumier normand

 
La Charte aux Normands, qui figure en préambule du Grand Coutumier de Normandie, manuscrit sur parchemin datant de la fin du 15ème siècle conservé aux Archives départementales de Seine-Maritime, est la première et la plus originale des chartes provinciales octroyées par la royauté. Cette charte, obtenue au lendemain de révoltes engendrées par une fiscalité étouffante et les abus répétés du pouvoir royal, est exceptionnelle à la fois par son caractère contractuel et sa persistance dans le temps.
 
Le droit normand s’est appliqué en Normandie des origines du duché, créé en 911 à la suite du Traité de Saint-Clair-sur-Epte conclu entre le roi carolingien Charles-le-Simple et Rollon, chef viking et ce jusqu’au Code Civil promulgué par Napoléon Bonaparte en 1804, code qui abroge officiellement toutes les coutumes provinciales. Parmi les sources de ce droit si spécifique à de nombreux égards, figure en premier lieu la Coutume de Normandie, coutume la plus ancienne de France. Cristallisée sous Guillaume-le-Conquérant, au XIe siècle, elle fait l’objet d’une première rédaction la fin du XIIe siècle, puis à nouveau vers 1245 dans le Grand Coutumier de Normandie. Symbole de l’identité normande, bien après le rattachement en 1204 du duché à la Couronne de France, la coutume normande présente également la singularité de s’appliquer encore de nos jours dans les îles anglo-normandes, à Jersey et Guernesey. Anciennes dépendances du duché de Normandie, ces îles furent rattachées au XIIIe siècle à l’Angleterre qui leur a permis de conserver leurs privilèges et droits ancestraux.

Cette particularité unique en France explique qu’aujourd’hui encore, les avocats désireux de s’inscrire au barreau de Guernesey doivent d’abord suivre une formation en droit Normand qui n’est dispensée qu’à l’université de Caen. Mais quelle est l’actualité de ce droit normand de nos jours et quel rôle a-t-il joué en Normandie et dans l’archipel anglo-normand? C’est ce dont des universitaires français et anglais, ainsi que des juristes anglo-normands se proposent de débattre durant ce colloque qui s’inscrit dans le cadre de l’année de commémoration de la signature du traité de 911 qui fonda la Normandie
 

Plus d'infos sur cette conférence

Colloque de Cerisy

sPoirey00
 

Bibliographie

Vign_Guillaume-Blason-CaenStyETI
Vign_2013-2405-0158
Vign_DSC_0296-010
Vign_Sans_titre_5
© 2014 contact@vds-phl.net
Créer un site avec WebSelf